Quand le temps et le travail consacrent la réussite

Figure emblématique du réseau Prodémial, personnalité qui impose l’admiration et le respect de tous, Manager-Galaxie depuis plus de 20 ans, Jean-Philippe Causse nous livre sa vision de la réussite.

1. Dans notre modèle il y a souvent des « étoiles filantes » qui traversent notre univers. Jean-Philippe, tu es là, tel l’Etoile du Berger, au milieu du ciel, toujours aussi stable et brillante. Quelles sont pour toi les qualités humaines et professionnelles, indispensables pour obtenir une réussite durable ?

J’aime cette image de « l’étoile du berger » parce qu’elle me fait penser à mon papa qui était berger… et il a visiblement bien su m’enseigner des valeurs essentielles qui me servent tous les jours.  Les raisons principales qui font que je suis toujours là après plus de 25 ans sont, selon moi : la persévérance, le goût du travail bien fait, vivre à 400% son métier, assumer la responsabilité de ses choix et de ses actes, et avoir toujours l’envie de réussir et de faire réussir… On n’a rien sans rien, tout le monde le sait. Mais, tout le monde ne met pas en œuvre tous les moyens nécessaires pour réussir à la hauteur de ses espérances… et c’est bien dommage ! En effet, grâce au Groupe Omnium Finance et aux nombreux membres du réseau qui ont durablement œuvré, bénévolement, dans différents comités et instances, tous les ingrédients et outils pour accompagner chaque conseiller dans sa réussite sont là !

Je vais insister sur un point : la RECOMMANDATION. J’ai très vite intégré ce que pouvait apporter la recommandation. Elle se gagne, elle se mérite mais.., quelle satisfaction personnelle et quel bonheur professionnel ! C’est une puissance exponentielle pour notre activité. Nous sommes obligés d’être irréprochables dans notre approche et nos préconisations  à nos clients, dans notre accompagnement pour que ceux-ci nous recommandent. Pour cela, j’ai trois conseils :

  • Savoir dire NON à un client : parce que ce n’est pas le bon moment, parce que ce n’est pas la solution pour répondre à ses besoins ou ses objectifs…
  • Faire pour le client comme si l’on faisait pour soi, notamment dans le choix d’un bien immobilier ou dans le choix d’un placement, sans tenir compte de notre rémunération ou d’un challenge.
  • Etre systématiquement auprès d’eux, à chaque étape du dossier, y compris après la livraison. Ma relation client est toujours sur le long terme.

La recommandation m’offre un véritable confort dans l’exercice de mon métier, car c’est le futur client (recommandé) qui appelle pour demander un RDV (et non l’inverse !) et, ça change tout ! Certes, mes 25 ans d’expérience constituent également une forme de confort. Mais que les choses soient bien claires : ce confort est à la portée de tous, quelle que soit l’ancienneté de chacun ! Encore faut-il demander et obtenir cette recommandation…! Lorsque j’entends des conseillers dire qu’ils n’osent pas, qu’ils ne savent pas comment faire, qu’ils ne sont pas à l’aise…, je ne peux m’empêcher de réagir, en leur conseillant fortement de demander cette recommandation. La recommandation est le levier de la réussite.

Sans elle, réussir devient plus compliqué, demande plus de temps et d’énergie… et certains s’essoufflent avant que la réussite arrive… Il ne faut pas attendre que les choses viennent à soi, il faut demander, provoquer les choses et agir. Réussir est simple mais pas facile.

 

2. Aveyronnais d’origine, quelles valeurs et convictions professionnelles penses-tu avoir développé, en ayant grandi dans cette région profondément ancrée dans ses traditions, dotée d’une âme et d’un esprit de corps?

L’humilité, la solidarité, la fidélité et le respect. Ce sont des valeurs essentielles que les gens du causse doivent partager pour vivre avec plaisir dans ces terres qui peuvent paraître dures et arides. J’ai grandi dans un milieu modeste avec des gens modestes mais faisant don d’une belle grandeur d’âme !

Je me suis nourri de ces valeurs et je m’efforce tous les jours à les mettre en œuvre, notamment dans ma vie professionnelle.

L’humilité : c’est essentiel pour durer. Toujours partir du principe que rien n’est jamais acquis, prendre le temps de se remettre en cause (même si elles sont de plus en plus rares, j’ai parfois des annulations !), pouvoir se mettre à la portée de tous et rester simple. Je sais que j’ai toujours à apprendre de quelqu’un, même d’un tout jeune conseiller. C’est la meilleure façon de garder les pieds sur terre et de ne pas prendre « la grosse tête » !

La solidarité : comment développer de façon pérenne, si vous n’êtes pas solidaire de votre réseau et de vos partenaires ? Un manager doit défendre les intérêts de ses conseillers. Un réseau est une « famille » dans laquelle tout le monde doit avoir la même éducation et doit trouver sa place.

La fidélité : plus de 25 ans auprès du Groupe… déjà ! J’aurais pu maintes fois aller voir si « l’herbe n’était pas plus verte ailleurs »… et je ne l’ai jamais fait. Je n’ai jamais vendu un produit hors PMR… et ceux qui l’on fait de façon importante ne sont plus là pour en parler. La première motivation de cette fidélité : être un exemple, tout simplement. Comment voulez-vous demander à votre réseau de respecter le PMR si vous n’êtes pas capable de le faire vous-même ?

Le respect : indispensable ! Respecter les règles, l’éthique, ses clients, son réseau, ses collègues, ses partenaires. C’est la base pour une relation de confiance. On peut ne pas être d’accord mais, si le respect est là, les choses se passeront au mieux. Je n’aime pas les conflits mais les éviter n’est pas forcément la solution ! Gérer un conflit, en faisant preuve de respect, est toujours plus efficaces et permet de régler les choses plus facilement.

 

3. Vous êtes liés avec Xavier Chausson par une amitié qui remonte à l’avant-création du Groupe. Cette amitié, a-t-elle joué un rôle dans ton envie de réussir, d’être un exemple pour les autres ?

Lorsque Xavier a créé CONSEIL & FINANCE, je l’ai suivi pour 3 raisons :

  • j’avais confiance en lui et je me disais qu’il me donnerait les moyens de réussir,
  • nous nous apprécions humainement et nous nous respections,
  • j’ai vu sa proposition comme une véritable opportunité

 

Bien évidemment, le suivre dans cette aventure ne pouvait être envisageable sans avoir l’envie farouche de réussir en même temps que lui ! Il  m’a totalement séduit (il est très fort dans la séduction !!!). J’ai donc été le premier conseiller de son réseau. C’est une grande satisfaction pour moi… je dirais même une grande fierté !

Bien sûr, Xavier a été un exemple pour moi. Il a concrétisé son projet et, très visionnaire, il a voulu mettre en place ce formidable outil qu’est le PMR. Il a relevé un véritable challenge en amenant dans sa réussite ceux qui le soutenaient et partageaient ses valeurs. Comme doit l’être tout conseiller, je suis reconnaissant à mon parrain de m’avoir fait connaître cette activité et cette société. Tout naturellement, cette reconnaissance, sincère, est un facteur essentiel dans ma présence au sein du réseau après 25 ans.

 

4. L’histoire du Groupe n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Malgré les crises passées et dépassées, malgré certaines tensions que le temps et les hommes génèrent, tu as toujours su où était ton centre d’équilibre.  Où est-il d’ailleurs, ce point de repère que tu sais conserver précieusement ?

Le repère que je me suis fixé pour rester « en équilibre » est la sauvegarde des intérêts de celles et ceux que j’ai amenés dans cette aventure, qu’il s’agisse des clients ou des conseillers. C’est d’ailleurs plus qu’un équilibre, c’est LA priorité. Si j’estime que ces intérêts sont fragilisés ou en danger, je le dis sans attendre et je m’engage pour les préserver.

Il est vrai que nous avons connu des périodes difficiles… et, comme dans la vie, c’est dans ces moments-là que l’on reconnait ses vrais amis ! J’aurais pu quitter le Groupe, il y’avait de bonnes raisons pour le faire et reconstruire ailleurs ! Mais, si je l’avais fait, à ce moment-là, j’aurais abandonné mon réseau sans me battre… J’aurais lâché Xavier et le Groupe en pleine tourmente… Avec des confrères, je me suis alors battu, notamment pour la création de VALORICIEL. Là où certains ont vu la mise en place d’une concurrence, il fallait voir la mise en place d’un soutien, d’une solution pour permettre au réseau de continuer dans cette activité, à nos côtés, avec un apport complémentaire en produits immobiliers. Cela n’a pas été une démarche simple, vous vous en doutez ! Mais, je suis heureux que cette solution collégiale ait trouvé écho auprès de Xavier. Elle a permis d’apporter sérénité et pérennité à bon nombre d’entre nous. C’est ma principale bataille avec Xavier et elle s’est terminée par une solution gagnant/gagnant. C’est ce qui compte !

Il est vrai que 25 ans de collaboration, parfois très étroite (!), ont forcément créé des liens. Nous avons des souvenirs, fabuleux, qu’il nous serait difficile de raconter !!! Nous nous connaissons bien… nous savons les qualités et les défauts de l’un et de l’autre. Nous pouvons nous dire certaines choses… C’est à la fois facilitant et perturbant lorsque nous nous retrouvons en pleine négociation (quel qu’en soit le sujet !). Parce que, même si la confiance est toujours de mise, nous n’avons pas toujours les mêmes points de vue !

Mais, dans notre relation, les fondations sont solides… On est comme un vieux couple ! Depuis 25 ans, nous faisons, l’un et l’autre, des concessions pour continuer côte à côte. Tant que cette volonté nous animera, nous saurons nous adapter et prendre en compte à la fois l’aspect affectif et nos contraintes professionnelles de chefs d’entreprise.

Notre réussite est mutuelle, nous avons participé chacun à la réussite de l’autre, nous avons ri (que dis-je ?!), nous avons pleuré de rire ensemble, nous avons progressé en même temps, chacun à notre niveau, nous avons réfléchi et œuvré ensemble, nous nous sommes aimés et disputés, et nous avons de merveilleux souvenirs ! Notre lien est certainement particulier et unique dans le réseau… pourtant, ni l’un ni l’autre n’a cherché à en tirer profit… aucun n’est redevable envers l’autre… mais, reconnaissant, oui !

 

5. Avec le recul de plus de 25 ans d’expérience, qu’est-ce que tu apprécies le plus dans cette longue collaboration avec le Groupe Omnium Finance, qui d’ailleurs n’est pas finie, tu es encore très jeune pour arrêter… ?

 Arrêter… ? Certes, je pourrais… mais, encore faut-il en avoir envie ! Et, si je suis le conseiller le plus vieux en ancienneté, je ne suis pas encore le plus vieux en âge !!!

Lorsque mon ami, Dominique M  (que certains ont connu) a pris sa « pré-retraite » à l’âge de 46 ans, nous avions fait le pari que je ferai « mieux » que lui… cela fait 7 ans que j’ai perdu ce pari, et je ne le regrette pas !

Cette activité est une somme de satisfactions, chaque RDV est un challenge à relever, chaque parrainage est une aventure, chaque réunion est un formidable moment de partages et de convivialité, chaque réussite d’un conseiller est tellement gratifiante, chaque problématique nous pousse à être meilleur pour trouver la solution.  J’ai créé dans le réseau de véritables et sincères amitiés… toutes ces émotions sont devenues mon quotidien depuis 25 ans… c’est une « drogue » dont il doit être difficile de se passer !

Un jour viendra, forcément ! Mais, j’ai le sentiment de ne pas avoir encore fini mon travail. Le jour où je pourrais partir, en toute sérénité, avec la certitude que mon travail est bel et bien fini, je me poserai la question.

La seule question que je me pose aujourd’hui, c’est de comment mieux continuer : il y a tellement de choses à faire encore dans ce métier qui nous permet d’aider les autres à s’épanouir professionnellement, mais aussi d’aider nos concitoyens à accéder à la constitution du patrimoine.

Quoiqu’il en soit, Xavier m’a permis de construire une expérience de plus de 25 ans en tant que conseiller financier et manager. J’ai beaucoup travaillé pour durer, le Groupe a beaucoup travaillé et évolué pour m’accompagner. J’ai rencontré des milliers de conseillers (toutes organisations confondues), j’ai fait des dizaines de voyages tous plus beaux les uns que les autres, j’ai passé des milliers d’heures en réunion et au téléphone, j’ai fait des centaines de milliers de kilomètres, j’ai dû faire face à des dizaines d’annulations… et vous savez quoi ? Je me lève tous les matins avec plaisir, en pensant à la journée qui m’attend. Le secret est là : faire notre métier avec plaisir, que dis-je, avec passion !!! C’est une opportunité que Xavier m’a offerte et je ne l’oublie pas.